• Accueil
  • Quelques CD pour redécouvrir votre chaîne Hi-Fi

Quelques CD pour redécouvrir votre chaîne Hi-Fi

Mozart - La Flûte Enchantée
Arnold Ostman - L'oiseau Lyre 440 085-2
Cette version de la Flûte Enchantée est musicalement superbe avec une distribution équilibrée et puissante. La prise de son dans un petit théâtre à l'ancienne, sur instruments d'époque trouve ici toute sa justification. La présence ressentie lors de l'écoute est stupéfiante : vous êtes aux premiers rangs. Notons ainsi une excellente spatialisation qui permet de "voir" les acteurs se déplacer sur scène. Servi par une excellente dynamique (attention aux coups de tonnerre), ce disque est un modèle pour la restitution des voix dans une ambiance claire pour ne pas dire lumineuse.

Vivaldi - Geminiani. Sonates pour violoncelle et basse continue
Accent ACC9181D.
Ce disque, bien connu des audiophiles, est une merveille de précision. Les instruments sont dans votre auditorium. En réglant le niveau d'écoute correctement, la présence des musiciens est saisissante. L'acoustique de la salle, discrète, renforce cette impression de proximité. Quant à l'interprétation... chaque note est pleine d'une vivacité qui emporte l'auditeur. La plage N° 2 me sert régulièrement pour évaluer les enceintes qui me sont présentées.

The Famous Sound of Three Blind Mice Vol 1
TBM CD9001
Cette compilation sur CD de pièces de jazz publiées originellement sur vinyl, montre, s'il était nécessaire, que l'hyperréalisme acoustique n'a pas attendu le numérique. Chaque plage est issue d'un CD différent et la couleur y est originale à chaque fois. Ce CD est idéal pour recaler ses oreilles pour peu qu'on dispose d'un système de bonne puissance.
Aqua Marine ou Midnight Sugar, très spectaculaires, repousseront votre système dans ses retranchements, alors que la plage 9 permet de tester la dynamique et l'intérêt de votre caisson de grave. Au final, un disque tout simplement indispensable!

Lambarena, Bach to Africa
Celluloid SK 64542
Un disque étrange et envoûtant qui mêle la musique de Bach - jouée par un orchestre symphonique sous la direction de Tomàs Gubitsch - aux chants et tambours africains du Gabon. Le mélange des rythmes est saisissant de pertinence et la prise de son exemplaire : les ambiances de feux de camp apparaissent, fantômatiques, au milieu de l'orchestre, les voix d'enfants trouvent leur écho chez un violon solo. A écouter. Fort ! PS : félicitations au concepteur de la pochette qui est superbe.