Pourquoi choisir une électronique à tubes ?

Toutes les électroniques à tubes En fait, le son tube est tellement réputé que le plus beau compliment qu'un amplificateur à transistors puisse recevoir est de "sonner" comme un ampli à tubes ! Bien sûr, les amplis à tubes (ou amplis à lampes) n'ont pas que des avantages : ils sont encombrants, lourds et souvent doté d'une esthétique remarquable (euphémisme pour dire difficile à dissimuler). Ils sont aussi généralement plus chers car ils nécessitent des composants passifs de qualité supérieure (condensateurs, transformateurs...). 

Technologies de tubes

Les amplis à tubes travaillent d'une manière très différente des modèles à transistors. Ainsi, ils travaillent en haute tension (plusieurs centaines de volts par rapport à quelques dizaines de volts pour les transistors). Les tubes diffèrent aussi des transistors par une haute impédance de sortie qui nécessite un transformateur de sortie pour s'adapter à l'impédance de l'enceinte. Cela se traduit par une capacité supérieure à restituer les crêtes. Dans beaucoup de cas, on a l'impression d'une puissance supérieure.

Principe de fonctionnement

Le tube est constitué d'électrodes placées dans une enceinte en verre où le vide a été créé. Le nombre d'électrodes définit son type : 2 pour la diode, 3 pour la triode, 5 pour la pentode, etc.
Les tubes fonctionnent comme les transistors (qui sont arrivés après, comme chacun sait) mais sous un mode différent, surtout au niveau de la tension et de l'impédance. Pour fonctionner, un nuage d'électron est créé par un filament chauffé. Le chauffage provoque l'arrachement des électrons de la cathode. Généralement, la cathode est dissociée du filament pour améliorer la durée de vie. Le nuage d'électron ne demande qu'à rejoindre la cathode. C'est en appliquant une tension à l'Anode ou aux autres électrodes que le flux d'électrons est transmis. Le tube triode comprend 3 électrodes et un filament de chauffage. Quand la cathode est au potentiel de masse, alors l'anode a un potentiel positif. La grille est polarisée négativement par rapport à la cathode. Moins la tension de grille est négative, plus le courant passe. La variation de tension de grille est plus faible que celle induite dans l'anode.
La pentode est une version plus évoluée de la triode. Elle comprend 5 électrodes et un filament. Il y a ici 3 grilles (grille de commande, grille-écran polarisée à une tension très supérieure à celle de commande, grille suppressor ou anti-parasite qui réduit le bruit et la perte de gain). Cette dernière est reliée au même potentiel que la cathode.
Tous les tubes n'ont pas les mêmes caractéristiques. Selon l'usine de production, la qualité ne sera pas la même et la sonorité non plus. Les amplis à tubes requièrent une période de rodage de plusieurs heures pour profiter de la richesse de la sonorité "tube".

Les circuits hybrides

La qualité du tube sans les inconvénients. Certains s'y sont essayés avec des résultats généralement intéressants. Les circuits de ces amplis à tubes sont dits "hybrides". Le schéma le plus courant utilise un tube inséré dans le circuit de préamplification. Il apporte sa sonorité particulière. Le reste du schéma est assez classique, avec une section de puissance à transistor (généralement MosFet car ces transistors ont une sonorité typée "tube").