Bien choisir ses enceintes : l'encombrement, un élément clé

Bien choisir ses enceintes : l'encombrement, un élément clé

 

Loth-X 1 voieEst-il possible d'obtenir un niveau sonore très élevé, avec des graves profonds et puissants, avec une enceinte de 5 cm de côté ? Non ! Malgré des améliorations techniques réelles, les lois de la physique sont immuables. Pour fabriquer du son, il faut déplacer de l'air... et beaucoup dans le cas des fréquences graves. C'est pour cela que les haut-parleurs de grave ont un diamètre plus grand. Hélas, plus le diamètre est grand, plus la membrane est lourde et plus il lui est difficile de produire des aigus de qualité.

Suivant la technologie du haut-parleur d'une enceinte (cf. ci-dessous), on parviendra à couvrir le spectre sonore avec 1, 2, 3 ou 4 voies. Chaque voie dispose d'un type de haut-parleur dédié. Les enceintes avec une seule voie sont devenues rares et très chères (PhyHP, Supravox, Lowther, Fostex, Be...) car elles sont construites autour d'un haut-parleur très coûteux à réaliser et à mettre au point. Malgré tous ces efforts, elles pêchent dans les extrémités du spectre (infra-grave et extrême aigu).

Les enceintes à 2 voies sont les plus courantes. Il est assez pratique d'avoir un système avec un haut-parleur de grave-médium associé à un tweeter. On peut renforcer les graves en doublant le haut-parleur sans créer de voie supplémentaire. Le filtrage en 2 voies est assez simple à mettre au point, et demande peu de composants... il est donc économique de construire des enceintes 2 voies de très bonne qualité.
La fréquence de coupure est très importante dans ce type d'enceinte 2 voies. Située dans la zone médium où l'oreille est très sensible, elle influe sur le rendu. Placée bas (vers 800 Hz), elle favorise une bonne homogénéité de timbre car toutes les harmoniques sont produites par le même haut-parleur ce qui assure une meilleure réponse en phase, essentielle pour la spatialisation en stéréo. Placée plus haut (2000 Hz), les impacts des percussions sont restitués avec les premières harmoniques par un haut-parleur plus grand. Cela favorise la sensation physique d'impact.

Dans les enceintes 3 voies, la voie médium est dédiée à un haut-parleur spécifique. Là encore, les fréquences de coupure peuvent tout changer: on peut laisser au médium l'essentiel du signal et n'utiliser les deux voies supplémentaires que pour linéariser les extrémités du spectre. L'Acoustic Energy Aegis 3 travaille ainsi. C'est une Aegis 2 avec un haut-parleur de grave supplémentaire. Certaines enceintes utilisent encore plus de voies (jusqu'à 5 voies)... Je n'ai pas entendu beaucoup d'enceintes d'exception en 5 voies. La complexité incroyable du filtre passif est le principal obstacle. Ce sont plus des démonstrations de savoir-faire technologique... au final peu convaincantes quand on les compare avec ce qui se fait de mieux en 2 ou 3 voies.

Le mythe des 20 Hz

Il est couramment admis que l'oreille perçoit les fréquences entre 20 Hz et 20 kHz. Cette réponse date de la mise au point des premières normes haute-fidélité. On cherche depuis à imposer cette réponse comme étant idéale. C'est un mythe ! Le corps humain perçoit les infra-sons à partir de 5 Hz et les graves à fort niveau à partir de 30 Hz environ. Les notes les plus graves en musique se situent (à part pour quelques grandes orgues) autour de 40 Hz. De plus, la perception des graves est un phénomène complexe qui dépasse l'oreille seule et - surtout - qui fait entrer en considération la pièce d'écoute. Une pièce trop petite ne pouvant rendre perceptible ces basses fréquences. Il faut surtout retenir qu'il vaut mieux avoir un vrai 40 Hz avec du niveau qu'un 25 Hz anémique (à -10 dB).

Choisir le bon encombrement

enceinte dalquist 5 voiesOublions un bref instant les exigences de votre conjoint et analysons honnêtement le cahier des charges pour définir le niveau d'encombrement acceptable. La première chose à définir est le niveau sonore que vous souhaitez, en régime continu et en crête. Pour avoir un ordre d'idée, c'est déjà fort à 90dB (décibels), un fortissimo est à 105 dB. C'est à ce niveau que sont limitées les sonorisations de discothèques. Inutile de chercher à produire beaucoup plus. Il est déjà difficile d'avoir ce niveau avec un minimum de distorsion.
Si votre pièce est toute petite, c'est-à-dire moins de 12 m2, inutile de compter percevoir en dessous de 35 Hz, les fréquences inférieures n'étant audibles que... de la pièce d'à côté ! A l'opposé, pour les très grandes pièces, à partir de 40m2, il va falloir tenir compte de l'atténuation avec la distance.
La réponse en grave est déterminante pour l'encombrement. Il est beaucoup plus facile de faire de bonnes petites enceintes quand on fait l'impasse sur les octaves les plus graves. Ce manque n'est pas trop gênant si l'enceinte est bien équilibrée. On peut toujours le compenser ensuite par l'ajout d'un caisson de grave.
Attention, il y a des limites aux possibilités d'un caisson de grave. Utilisé en mono, il doit travailler à des fréquences auxquelles la directivité n'est pas "trop" perceptible. On considère qu'on ne parvient pas à le situer en dessous de 120 Hz. Mes expériences personnelles situent plutôt cette fréquence vers 80 Hz (avec une coupure à 24 dB/octave). Non directif ne veut pas dire qu'on puisse placer le caisson n'importe où dans la pièce. Il est préférable de le placer entre les enceintes frontales : cela fait un drôle d'effet quand les harmoniques graves viennent de votre dos et les attaques de devant. Un caisson peut donc très utilement renforcer les enceintes sur les premières octaves audibles. Il faut quand même que ces enceintes soient performantes jusqu'à 100 Hz environ. Les toutes petites enceintes qui descendent péniblement à 200 Hz (ce qui n'est pas étonnant avec un haut-parleur de 5 cm) devraient être équipées... d'un caisson par enceinte !

Définir ses besoins en puissance acoustique

Beaucoup trop de gens attachent une grande importance à la puissance des enceintes ou de l'amplificateur. La puissance "suffisante" nécessaire est directement définie par le rendement de l'enceinte. Par ailleurs, il n'y a aucun problème à associer un amplificateur beaucoup plus ou beaucoup moins puissant que l'enceinte. L'important est de n'utiliser aucun des composants au delà de ses limites. L'idéal est de toujours travailler entre 10 % et 25 % de la puissance disponible. Pour mieux comprendre, lisez notre fiche-conseil sur la puissance et le rendement des enceintes.
Il faut calculer la puissance essentiellement en fonction du rendement et de la taille de la pièce. Pour les pièces petites et moyennes, le rendement à 1 m peut servir de base : c'est à peu près le niveau qu'on obtiendra avec 2 ou 5 enceintes en milieu semi-réverberant (c'est-à-dire normal). Pour les très grandes pièces, il faudra prévoir une atténuation d'environ 6 dB dans les mêmes circonstances. Ce ne sont que des approximations car cela dépend des conditions comme le nombre de meubles, tapis, fenêtres...
Utilisez nos abaques pour évaluer les possibilités des enceintes. Pour faire simple, la quasi-totalité des enceintes du catalogue a un rendement moyen (89 à 92 dB) et une puissance correcte (entre 50 et 100 W). C'est très suffisant pour une écoute domestique dans une pièce moyenne ou petite. Pour les grandes pièces... les enceintes à haut-rendement feront rapidement la différence, surtout si vous aimez écouter fort.


Nous vous conseillons

Toutes les catégories associées :