Bien choisir ses enceintes : un peu d'histoire

Bien choisir ses enceintes : un peu d'histoire

Au début de la haute-fidélité, puis de la stéréophonie, l'objectif des constructeurs était de reproduire chez soi le son du concert en direct. A l'époque, une chaîne hi-fi représentait 3 mois de salaire d'un ouvrier (il n'y avait pas de SMIC), et avoir une chaîne relevait de la passion. On trouvait des systèmes de grande qualité en kit, et les amateurs construisaient très souvent leurs propres amplificateurs. Il était alors beaucoup plus "économique", et fréquent, d'aller au concert que d'écouter les artistes chez soi.

Publicité vintage pour la Hi-FiAvec le son du concert encore en mémoire, l'amateur de Hi-Fi cherchait l'émotion du live à domicile. Cela s'est traduit par des systèmes à assez haut rendement... et des coffrets (très) encombrants. Le clou d'une démonstration consistait alors à faire des comparaisons en aveugle (à travers un rideau acoustiquement transparent) entre un véritable orchestre et son enregistrement.
enceinte presence tannoyCertaines marques de cette époque existent toujours : Tannoy, Klipsch, Cabasse, JBL, Elipson. D'autres ont virtuellement disparu comme Altec Lansing qui, rachetée par JBL, ne produit plus que des modèles miniatures pour ordinateurs. Pour rendre quasi-indiscernable le son d'un orchestre réel de son enregistrement, il fallait un belle capacité dynamique que seul le haut rendement rend possible. Nous retrouvons cette sonorité principalement chez Klipsch en hi-fi et dans les gammes professionnelles de Tannoy, GKF, Mackie, Westlake...

Avec la démocratisation de la Hi-Fi, une nouvelle tendance est apparue à la fin des années 70 : le son anglais. En caricaturant un peu - les puristes me pardonneront - cette tendance est due au succès d'enceintes compactes au rendement modeste, les Rogers, Quad, Spendor... et au son doux. Par rapport aux mastodontes précédents, ces enceintes de type bibliothèque (compactes) trouvaient beaucoup plus facilement leur place dans les appartements des villes. Le rendement très faible interdit le niveau réel des instruments... mais celui-ci n'était plus souhaitable dans les appartements mal isolés.

Le concert a aussi beaucoup évolué. Si la musique classique reste "acoustique", le niveau sonore des concerts de pop-rock a atteint des niveaux rigoureusement insupportables en environnement domestique. Ils sont même souvent dangereux pour les capacités auditives des spectateurs. Si nous faisons le point, à la fin des années 90, une majorité d'audiophiles ne connaissent pas ou trop peu les salles de concerts et ils ne leur viendraient pas à l'idée qu'il soit possible d'avoir exactement le son - avec la même précision et la même dynamique - dans leur salon.
La presse Hi-Fi et discographique a suivi, fort légitimement, cette démarche et a proposé de plus en plus d'informations sur les systèmes ultra-compacts.

Faut-il en déduire pour autant qu'un système à haut-rendement n'est pas de la Hi-Fi ? Je crois, au contraire, que c'est la seule super haute-fidélité puisque le niveau réel des instruments est restitué sans distorsion... mais cela nécessite de travailler toute la salle. On ne fait pas de la Formule 1 en ville ! Faut-il en déduire que les systèmes à rendement bas ou moyen ne sont que des compromis sans envergure ? Certainement pas ! Ils offrent des qualités incontestables de linéarité et d'aération pour un budget et, surtout, un encombrement beaucoup plus faible, compatible avec la plupart des lieux d'écoute domestiques.

Si votre budget et l'encombrement sont des aspects secondaires, faut-il pour autant foncer vers des systèmes à haut rendement ? Tout dépend de vos goûts. Lors d'un concert, certains ne jurent que par les places aux premiers rangs, d'autres préfèrent la sonorité plus fondue du fond de la salle. Les premiers apprécieront le son "Studio monitor", les seconds le son anglais.
Un studio d'enregistrement exemplaireC'est à présent que j'introduis le terme de studio monitor. On appelle ainsi les enceintes qui servent à mixer les disques. Les ingénieurs du son les utilisent comme des outils essentiels. On leur demande des qualités exceptionnelles. Au delà de la transparence, elles sont extrêmement analytiques. Chaque nuance, chaque détail, est perceptible. Les audiophiles habitués aux enceintes classiques ont tendance à les trouver agressives car les trompettes sonnent... comme de vraies trompettes : clair et fort. Le terme de Studio Monitor peut s'appliquer à beaucoup d'enceintes... y compris aux petites Rogers utilisées par la BBC. Je préfère aujourd'hui limiter ce qualificatif à des enceintes ayant les qualités que je reconnais à ce type d'enceinte : très faible distorsion, même à fort niveau, réponse en phase rigoureuse, bande passante linéaire et étendue.
Quelles sont les enceintes qui ont servi à enregistrer vos disques préférés ? En classique, Tannoy, Altec, Quad, B&W, Genelec, TAD, Westlake, JBL... pour le pop-rock, majoritairement : Tannoy, Westlake, TAD, Genelec, Yamaha (pro), JBL, Dynaudio... Avant de choisir des enceintes de ce type il faut bien savoir qu'elles ne pardonnent rien ! Un enregistrement médiocre - et il y en a beaucoup - devient insupportable. Vous jetterez la moitié de vos disques. Ces enceintes sont généralement choisies par les musiciens, les ingénieurs du son et par ceux qui y ont goûté, les autres types d'enceintes paraissant bien fades à côté.

Pourquoi, dans ce cas, toutes les enceintes n'utilisent pas ces techniques ? Essentiellement pour des raisons économiques : outre le fait que les composants - haut-parleurs et filtres - sont beaucoup plus coûteux, un boomer professionnel coûtant le prix de 3 ou 4 enceintes Hi-Fi complètes, ces enceintes sont conçues pour être utilisées dans des pièces au traitement acoustique soigné. Encore une fois, on ne fait pas rouler une formule 1 en ville, une petite citadine est suffisante... voire plus pratique. Il en va de même avec les enceintes. Il faudra donc dimensionner les enceintes à l'auditorium comme on dimensionne le véhicule au circuit et à l'usage.


Nous vous conseillons

Toutes les catégories associées :