Background Image
Previous Page  58 / 100 Next Page
Basic version Information
Show Menu
Previous Page 58 / 100 Next Page
Page Background T rente ans, c’est ce qu’il aura fallu aux tech- nologies de numérisation pour mûrir et offrir aux auditeurs un son naturel et convain- cant, grâce aux fichiers de qualité studio et DSD. Trente ans c’est également la durée de la traversée du désert pour le médium vi- nyle, que le numérique était censé rempla- cer et enterrer. Toujours prisé, le disque à micro-sillon fait aujourd’hui l’objet de toutes les attentions des grands acteurs de la hi-fi. Les amoureux de musique ne s’y trompent pas, le son vinyle a cette âme que la mu- sique numérique ne peut encore que lui envier. Sa restitution chaude, ronde, envoû- tante, en un mot analogique, séduit au- jourd’hui plus qu’hier. P our profiter d’un disque vinyle, 33 ou 45 tours, une platine d’entraînement, une cellule de lecture et un préamplificateur RIAA sont requis. Quelques explications s’imposent... Si un préamplificateur est né- cessaire, c’est en raison de la très faible intensité du signal généré par le contact du diamant de la cellule au cœur du sillon du disque. Il est ainsi nécessaire de préampli- fier fortement le signal transmis par la cel- lule afin de le rendre interprétable par un amplificateur stéréo. Par ailleurs, le procédé de gravure impose une diminution des basses fréquences qu’il convient d’égaliser lors de la lecture. C’est également le rôle du préampli phono. O pter pour le son vinyle, c’est choisir un son modulable à l’extrême. Le choix du type de cellule, du bras ou du préamplificateur in- fluencent la restitution, la colorent. C’est une découverte permanente. Notez que deux types de cellules coexistent, celles dites à aimant mobile et celles à bobine mobile. Plus courante et souvent moins onéreuse, la première est un excellent tic- ket d’entrée dans le monde vinyle. Il existe toutefois des modèles audiophiles de très haute qualité. La cellule à bobine mobile offre elle un niveau de sortie très inférieur mais une musicalité sans pareil. Les maté- riauxmis enœuvre pour fabriquer la cellule, notamment le type d’aimant influencent le rendu sonore, au même titre que la forme du diamant de lecture (la "pointe"). Conique, elliptique, nude, Shiabata... les formes sont multiples et ont leur fans. Ortofon, Audio Technica, Grado, Denon, Koetsu, Goldring... tous proposent ces différents types. Le remplacement des câbles demodulation ou du bras de lecture contribue aussi à façon- ner le son de sa platine. A ussi trouve-t-on des platines vendues sans cellule ni préampli RIAA, mais égale- ment des modèles tout-en-un, comprenant bras, cellule et préampli intégré, avec par- fois un module de numérisation à sortie USB. Ces platines très pratiques sont ca- pables - avec le concours d’un simple ordi- nateur - de favoriser la création de fichiers audio numériques à partir de disques vinyle. Une solution efficace pour dématérialiser ses disques et pourquoi pas les écouter avec un baladeur audiophile ou un smart- phone. Certains DAC audio externes sont équipés d’un module de conversion analo- gique-numérique, pour produire des fichiers de qualité studio 24bits/192kHz. À noter également: certains amplificateurs stéréo intégrés ou home-cinéma sont équipés de préamplis phono. P our bien "débuter en vinyle", on pourra opter pour un best-seller tel que la platine Project Debut 3 avec cellule Ortofon, d’un petit préampli Graham Slee Amp 2 Commu- nicator, couplés à un ampli intégré stéréo et d’enceintes hi-fi. Enfin, il est judicieux de s’équiper également d’accessoires d’entre- tien, pour nettoyer diamants et disques. C’est la condition d’un plaisir d’écoute tou- jours égal. Lancez-vous! >> RETROUVEZ TOUS NOS GUIDES CONSEILS SUR WWW.SON-VIDEO.COM/GUIDES POURQUOI OPTER POUR LE VINYLE? 58 VINYLEETTUBE: L’AMOURPARFAIT On peut ajouter à la sonorité typique du disque àmicro-sillon une dimension encore plus chaleureuse en utilisant, soit dans le préampli RIAA, soit dans l’amplificateur stéréo, un étage de sortie à tubes de puissance. Le bénéfice est un son encore plus moelleux, aérien et fourmillant de micro-détails.