Espace passion Elipson

Espace passion Elipson

Elipson, la plus ancienne marque de Hi-Fi de l'hexagone

Créée à la veille de la seconde guerre mondiale, Elipson est la plus ancienne marque de Hi-Fi de l'hexagone. Dépositaire du son à la française - chaud et articulé - la marque fondée par Joseph Léon s'est toujours illustrée par ses recherches en matière d'acoustique et de design, tout à fait remarquables. L'odyssée du son en quelque sorte.

L'Elipson 4050, égérie des studios

L'Elipson 4050, égérie des studios


Sur une autre planète

Son invention la plus notable, l'enceinte sphérique, a rendu la marque absolument mythique avec notamment des déclinaisons avec réflecteur ellipsoïdal. Travaillant avec les plus grandes marques de haut-parleurs, parmi lesquelles Supravox, JBL ou Audax, Elipson a indiscutablement révolutionné la Hi-Fi. La reconnaissance du grand public ne tarde pas et est symbolisée pendant deux décennies par l'enceinte 402. Un modèle mythique équipé d'une sphère de 40 cm de diamètre, qui se révélera rapidement un must de la Haute fidélité dans les salons français et scellera l'attachement du plus grand nombre à la marque Elipson.

Aujourd'hui encore, Elipson conçoit et commercialise des enceintes sphériques, telles que les Planet L et M, chacune équipée d'un haut-parleur coaxial. A nouveau sous le feu des projecteurs à faveur d'un retour en grâce des objets sphériques, les enceintes Elipson méritent qu'on s'attache à expliquer succinctement les bénéfices de cette charge très particulière. En pratique, c'est la seule à permettre une circulation harmonieuse des ondes derrière le haut-parleur, les architectures angulaires générant des réflexions très souvent préjudiciables à la bonne restitution du son. Dans une sphère, les ondes glissent plus qu'elles ne heurtent la paroi interne et perturbent bien moins la membrane.

La musique diffusée par les enceintes Elipson, telles que les Planet L, est homogène, sans aucune dureté ni anomalie. L'emploi d'un haut-parleur coaxial renforce encore cette cohérence en focalisant le son de manière précise, ce qui contribue à créer une scène sonore profonde et large.

L'Elipson 402, avant-gardisteL'Elipson 402, avant-gardiste


L'arbre de son

A l'occasion du salon international du meuble 2011 de Milan, Elipson a fait la démonstration que les Planet M pouvaient constituer un système de sonorisation aussi efficace qu'élégant, en confiant la réalisation du Sound Tree aux designers Maurizio Galante, Tal Lancmal et Jean-Yves le Porcher. Composé d'un tronc abritant un caisson de grave actif ainsi que de douze Planet M suspendues à autant de fils de longueur différentes, le Sound Tree a fait grande impression.

Voir la fiche produit Elipson Sound Tree

Sound TreeSound Tree


Une tradition du haut de gamme

Elipson, c'est aussi des enceintes utilisant les technologies les plus élitistes, à l'instar de la majestueuse 4260, modèle d'exception réalisé sans aucune contrainte ni concession, à l'attention des audiophiles les plus exigeants. Coffrage d'une épaisseur allant jusqu'à 7,5 cm, résonateurs et renforts internes, évent traité, multiples brevets... tout concourt à faire de la 4260 une enceinte unique.

Les légendaires sphères, fabriquées mainLes légendaires sphères, fabriquées main


À la pointe des nouvelles technologies numériques

En 2011, la marque décide de se diversifier et propose l'Elipson Music Center. S'apparentant à un disque de chrome, cet amplificateur embarque des étages de puissance numériques Ice power signés Bang et Olufsen. Dédié à la musique dématérialisée, l'Elipson Music Center est néanmoins équipé d'un lecteur de CD et d'un tuner FM. Mais son principal intérêt repose sur la technologie Elipson WELL. Basée sur le protocole de communication sans fil et sans perte Kleer, WELL permet la lecture musicale depuis un ordinateur, un iPhone, un iPod touch ou un iPad.

Choisir Elipson, c'est l'assurance d'une élégance esthétique et sonore indémodable.

Music center

Music center


Nous avons interviewé Jean-Yves Le Porcher

Jean-Yves Le Porcher, Directeur de création chez Elipson

Jean-Yves Le Porcher
Directeur de création chez Elipson

Jean-Yves Le Porcher est un designer français qui partage son temps entre ses projets musicaux et audiovisuels, et ses interventions de consultant en design management pour de grandes marques internationales. En 1983 il est engagé comme animateur sur une radio locale et débute ses études d'arts appliqués et de vidéo. En 1987 il est reçu aux Arts Appliqués de Paris en Design produit, et propose, peu après sa propre émission sur Ouï FM qui aborde à la fois les nouvelles tendances musicales et le design. En 1993 il fonde une agence de design avec Alain Pineau. Ensemble, ils réalisent des projets dans les domaines les plus variés, et notamment dans les produits destinés à l'enfance. C'est à ce passionné de musique que l'on doit notamment les lignes de l'exceptionnelle enceinte Focal Grande Utopia III ou de la sphérique Elipson Planet L.

Comment avez-vous décidé de conjuguer votre passion pour la musique avec votre métier de designer ?
Je n'ai pas vraiment décidé, ce genre de choses s'impose à vous, comme la plupart des métiers de création. Ce que j'aime, c'est découvrir et proposer des approches nouvelles, un nouveau regard. Que ce soit en termes de son, de matières ou de formes. J'ai eu la chance de dessiner quelques très beaux produits sonores pour Focal, les dômes et les Grande Utopia notamment. Quand Elipson m'a proposé de rejoindre l'équipe pour redonner vie à cette marque mythique, j'ai immédiatement accepté. C'est une formidable aventure.

Le design a t-il des bénéfices techniques pour un produit audio ?
Absolument, dans le design la forme est toujours au service de la fonction. Joseph Léon le fondateur d'Elipson, a créé toutes ses formes incroyables pour mieux amplifier ou diffuser le son. On sait qu'une boîte rectangulaire est ce qu'il y a de pire pour restituer du son. C'est pour cela que la plupart des enceintes Elipson sont sphériques.

Quelle est selon vous l'enceinte idéale ?
C'est une enceinte qui vous ressemble. Elle vous permet d'écouter votre musique préférée sans la modifier, sans la colorer avec le plus de naturel possible. Pour moi, c'est aussi un bel objet, à part entière. Un objet pour hédonistes qui ne sacrifie pas l'esthétique au profit du son, mais qui allie les deux avec le plus d'harmonie possible.

Quelles sont les réalisations dont vous êtes le plus fier ?
Récemment, les Elipson Planet L et le Music Center, et le Lenny pour Elipson et Habitat. Je suis aussi très fier d'une collection d'Art Toys que j'ai dessinée pour le fabricant de jouets Djeco, et d'un Tricycle que j'ai conçu pour un fabricant Italien. Il était vendu au Moma et dans les magasins de jouets du monde entier. C'est le but qu'essaye d'atteindre chaque designer ; créer un objet beau, accessible et universel.

Pouvez-vous nous parler de votre travail sur le partenariat entre Elipson et Habitat ?
Depuis 4 ans, nous travaillons afin de décloisonner la marque Elipson de son univers Hi-fi, parfois trop restreint. Nous souhaitons l'emmener vers de nouveaux horizons d'art de vivre, de décoration et d'expérimentations. Lorsque le nouveau PDG d'Habitat, Hervé Gaoui, nous a contactés pour nous proposer d'imaginer ensemble des produits sonores nous étions forcément enthousiastes. Il nous est apparu évident qu'une collaboration avec la nouvelle équipe d'Habitat dirigée par Pierre Favresse était une formidable opportunité. Pierre est toujours à la recherche d'harmonie entre artisanat et industrie, singulier et universel. Les idées sont venues très vite, nos expériences mutuelles et nos parcours respectifs nous ont permis de dégager très rapidement des idées, des lignes de force, des formes, des histoires. Nous sommes allés très loin, sans contrainte, en imaginant quels seraient les scénarios d'utilisation de la musique demain, sans à priori, sans chercher à répondre à une attente du marché mais plutôt en proposant des formes et des concepts inattendus.

Quelles sont vos sources d'inspiration pour la conception d'enceintes et d'électroniques audio ?
Elles sont multiples. Les objets de décoration, les courants musicaux, mais aussi une matière, un vêtement, ou un objet trouvé dans une brocante. Si on accepte l'idée que la création est surtout une histoire «d'assemblage» de plusieurs ingrédients, plus vos sources d'inspirations sont variées, plus votre création sera riche et singulière. J'essaye de faire en sorte que les produits que je dessine racontent une histoire, et qu'ils s'intègrent parfaitement dans l'environnement dans lequel ils vont évoluer.

L'avènement du son en très haute définition a t-il une incidence sur votre travail ?
Ce que je recherche en tant que designer, c'est de proposer un moment de la plus grande qualité possible. Les dernières techniques en matière de restitution sonore, mais aussi de transformation des matériaux m'intéressent et m'influencent, forcement. Malgré tout, je pense que l'avenir du son est plus dans son accessibilité et dans sa simplicité d'utilisation, que dans sa qualité intrinsèque.

De quel équipement disposez vous à titre personnel pour écouter de la musique ou pour regarder des films ?
Un Music Center couplé à une paire de Planet L, directement branché en sortie optique sur ma Box TV HD. Et pour écouter de la musique, j'utilise le dongle Well d'Elipson branché à mon iPhone ou mon iPad. C'est une installation familiale, facile à vivre.

Êtes-vous davantage un consommateur de musiques numériques ou analogiques et pour quelles raisons ?
Je bouge énormément, les moments ou je peux me «poser» pour écouter de la musique sont rares, je suis donc un gros consommateur de musique numérique, que j'achète directement en ligne, en AAC pour conserver la qualité du signal original.

Quel est votre premier souvenir musical ?
Le «Tubular bells» de Mike Oldfield sur la chaîne hi-fi de mon cousin, j'avais 12 ans ! Je n'en revenais pas, la puissance de la stéréo, la profondeur et la qualité des sons, m'ont littéralement transporté. Heureusement, j'ai découvert bien d'autres choses par moi-même ensuite. Ce sont d'ailleurs les pochettes de New Order et Cocteau Twins, qui m'ont motivé à devenir designer.

Quel est votre concert le plus mémorable ?
Un concert de Bobby Mc Ferrin au théâtre du Châtelet en 2009. Placido Domingo était dans la salle en simple spectateur, et ils ont improvisé un Ave Maria a cappella, c'était un moment rare et magique.

Quel disque avez-vous le plus écouté ?
Difficile à dire. J'ai animé pendant plusieurs années une émission de radio, ou je jouais de la musique électronique et de la new wave. J'ai moi-même participé à un duo de musique électronique, nous avons travaillé deux ans sur un album, en écoutant chaque titre au moins une centaine de fois ! Donc c'est probablement celui que j'ai le plus écouté ;-).

Passion_elipson_bobois

La planet L rouge dans le catalogue "Meubles Roche Bobois" 2010


L'histoire d'Elipson

Ventes aux enchères à ARTCURIAL mai 2012

Elipson : les produits phares

Elipson | Habitat Lenny Black

Elipson | Habitat Lenny Black
2x10 W, NFC, Bluetooth, haut-parleurs actifs avec passif, batterie intégrée, entrée ligne

299 €

En stock

Ajouter au panier

Elipson Planet L

Elipson Planet L
80 W, HP grave/médium 17 cm, bass-reflex, 90 dB

799 €

En stock

Ajouter au panier

Elipson Prestige Cinema 4i

Elipson Prestige Cinema 4i
5.0, 150 W, HP 21 cm, registre grave puissant

899 €

au lieu de 1 027 €

En stock

Ajouter au panier

Elipson Planet M 5.1

Elipson Planet M 5.1
5.1, 60 W, HP 10 cm, charge sphérique, caisson 200 W

1 499 €

au lieu de 1 694 €

Délai : nous contacter

Ajouter au panier

Elipson BS50 Tribute

Elipson BS50 Tribute
100 W, 2 voies, 1 HP coaxial 200 mm, 90 dB

3 990 €

En stock

Ajouter au panier