Home-cinéma en stéréo : vous perdez bien plus que vous ne l’imaginez

Home-cinéma en stéréo : vous perdez bien plus que vous ne l’imaginez

Le son multicanal 5.1, 7.1, Dolby Atmos ou DTS:X est omniprésent sur les Blu-ray, le satellite et les services de streaming comme Netflix, Amazon Prime Video ou Disney+. Si vous êtes équipé d’un ampli home-cinéma, de multiples enceintes, voire d’enceintes de plafond Dolby Atmos, vous pouvez profiter au mieux du mixage original et de l’ambiance voulue par l’ingénieur du son. Mais, en l'absence d’enceinte centrale, de caisson de basses ou si vous utilisez seulement deux enceintes en tout et pour tout, l’expérience peut s’avérer décevante. 

Un système stéréo permet-il de profiter correctement des bandes sonores des films, séries et jeux vidéo ? Les nombreux effets des canaux surround sont-ils perdus ? Les voix sont-elles correctement reproduites ?

Le downmix selon Dolby et DTS 

Lorsqu’une enceinte ou plusieurs enceintes manquent à l’appel, le décodeur multicanal de votre téléviseur, box ou ampli home-cinéma est contraint de sous-mixer (downmixer) le signal 5.1, 7.1, Dolby Atmos ou encore DTS:X vers le format de votre configuration : 3.1, 4.0, 2.0, etc. Cependant, les informations des pistes multicanales ne sont pas toutes intégrées de la même manière et certaines ne le sont tout simplement pas.

Depuis les débuts du Dolby Digital dans les années 90, Dolby a toujours prévu que ses pistes audio multicanales puissent être écoutées sur un système comprenant moins de 5 enceintes. Ainsi, toute piste Dolby (Digital, Digital Plus, TrueHD ou Atmos) contient des métadonnées additionnelles. Celles-ci contrôlent la normalisation des dialogues, la plage dynamique, et permettent au décodeur de répartir les sons des canaux manquants sur les enceintes présentes. Tous les téléviseurs, lecteurs Blu-ray 4K et amplis home-cinéma sont obligés de tenir compte de ces métadonnées pour effectuer leur downmix. 

L’amplificateur home-cinéma Denon AVC-X3700H peut réaliser un downmix stéréo des pistes multicanales Dolby et DTS.

Le système de codage DTS (Digital Theater System) n'intègre pas nécessairement les métadonnées. Ce n’est qu’en 2007 avec le DTS-HD Master Audio que la firme introduit les premières métadonnées, mais uniquement pour la normalisation des dialogues. Par conséquent, la restitution en stéréo d’un programme multicanal DTS nécessite une conversion entièrement effectuée par l’amplificateur home-cinéma ou le téléviseur. La précision du downmix stéréo peut ainsi varier en fonction de l’équipement employé. 

Home-cinéma sans enceinte centrale

Faute d’enceinte centrale, le canal central est mixé en stéréo sur les enceintes frontales gauche et droite. Le niveau sonore est divisé par deux (- 3 dB), afin de retrouver son niveau original avec deux enceintes. Seulement, une diminution supérieure est possible (jusqu’à -6 dB) si l’ingénieur du son l’a souhaité et votre ampli devra s’y plier. Il est ainsi courant que les dialogues de certains films soient moins audibles que d’autres, car les sons des canaux gauche et droit les couvrent. 

Une enceinte centrale comme la Tangent Spectrum XC constitue un maillon essentiel pour une bonne reproduction des dialogues et conserver des voies frontales détaillées.

Home-cinéma sans enceintes surround

De la même manière, les métadonnées d’une piste multicanale indiquent comment les canaux surround doivent être mixés vers les enceintes frontales en l’absence d’enceintes surround. Là encore, le niveau d’atténuation peut varier d’un film à l’autre. Il est même possible que les canaux surround soient tout simplement désactivés. Quand bien même ils sont conservés, ils se mélangent aux voies frontales, avec pour risque d’engendrer une incohérence spatiale.

Des enceintes surround, même de petit format comme les Elipson Planet M apportent une scène sonore plus enveloppante et assurent une meilleure cohérence spatiale.

Home-cinéma sans caisson de basses 

Sans caisson de basses, pas de canal LFE (le fameux .1 des pistes Dolby et DTS). Dolby n’a pas prévu que le canal de basses fréquences soit remixé vers les enceintes frontales. Cela peut se comprendre, le canal LFE comprend des fréquences comprises entre 20 Hz et 120 Hz, souvent avec beaucoup d’intensité, et bien des enceintes frontales et amplis souffriraient pour le reproduire (excursions dangereuses des membranes, essoufflement de l’alimentation, etc.). Cependant, il arrive que certains fabricants d’amplis home-cinéma proposent à l’utilisateur de sous-mixer le canal LFE vers les enceintes principales, au prix d’un effort plus important de l’ampli (préjudiciable à l’aération de la restitution).

Un caisson de basses comme le Klipsch SPL-150 apporte de la profondeur et de la matière à l’écoute. Il renforce le naturel des scènes d’action et l’équilibre des musiques.


Par ailleurs, même avec un downmix du canal LFE, l’expérience offre des basses moins profondes et moins puissantes qu’avec un véritable caisson de grave. C’est particulièrement vrai avec des enceintes satellites : sans caisson, la reproduction peut significativement manquer de profondeur et d’équilibre. On peut par contre plus facilement se passer d’un caisson avec des enceintes équipées d’un grand haut-parleur de grave comme les Elipson Heritage XLS 15 ou Eltax Monitor PWR 1959. Cependant, même avec ces dernières, le grave reste moins énergique qu’avec un caisson de basses, particulièrement sur les scènes d’action.

Avec un grand haut-parleur de grave de 38 cm de diamètre, les enceintes Eltax Monitor PWR 1959 offrent des basses puissantes. Un caisson de basses reste tout de même recommandé pour de véritables sensations physiques sur les scènes d’action.

Home-cinéma sans ampli home-cinéma 

En plus de décoder les pistes multicanales, les amplificateurs home-cinéma embarquent également de nombreux modes DSP pour optimiser la reproduction sonore en fonction du programme visionné. Même les modèles d’entrée de gamme proposent à l’utilisateur des modes adaptés à la musique, aux films et aux jeux vidéo.

L’ampli home-cinéma Yamaha RX-V6A intègre de nombreux modes DSP pour maximiser la restitution en fonction du programme visionné.

Les amplis home-cinéma sont également équipés d’un mode de compression de la dynamique, appelé mode Audyssey Dynamic chez Marantz et Denon. Ces derniers permettent d’augmenter le niveau des sons les plus faibles et de réduire celui des sons les plus importants afin de limiter les écarts de volume. Ce travail permet à l’auditeur de profiter de la richesse des bandes sonores explosives à faible niveau d’écoute, sans réveiller ses enfants ou déranger son voisinage. Là encore, ce sont les métadonnées intégrées à la piste Dolby qui indiquent à l’ampli home-cinéma comment corriger le niveau de chaque canal. Cela permet d’éviter les écarts dynamiques trop importants, tout en préservant l’unité sonore du mixage original. Cependant, la compression dynamique est calibrée par l’ingénieur du son dans une optique de restitution sur 5.1, 7.1 ou plus. En l'absence d’une ou de plusieurs enceintes (centrale par exemple), la compression appliquée par l’ampli est moindre. Pour ne pas avoir à ajuster le volume constamment, mieux vaut donc disposer du bon nombre d’enceintes. 

Home-cinéma avec un ampli hi-fi 

Les amplificateurs hi-fi avec entrée HDMI ARC ou eARC comme les Marantz Model 40n, Denon DRA-800H, Lyngdorf TDAI-1120 et Sonos AMP sont de plus en plus courants. Ces derniers permettent de raccorder un téléviseur pour profiter du son des programmes visionnés directement sur votre installation hi-fi. Dans la majorité des cas, ces amplificateurs hi-fi ne décodent pas les pistes audio Dolby et DTS. Ils sont uniquement compatibles avec les flux stéréo PCM. Dans ce cas, le downmix en stéréo est réalisé par le téléviseur ou la box TV. Ce mixage est généralement de moindre qualité que celui effectué par un ampli home-cinéma, qui adopte des DSP spécifiques pour les bandes sonores des films. Par conséquent, cette configuration convient davantage à un usage musical (concerts, etc.) qu’à une expérience cinématographique. Toutefois, la reproduction des bandes sonores avec un ampli hi-fi reste tout de même plus ample qu’avec le téléviseur seul. 

Grâce à son entrée HDMI eARC, l’ampli hi-fi Marantz Model 40n peut s’associer à un téléviseur pour diffuser sur les enceintes en stéréo le programme visionné.

Le son multicanal à partir d’un signal stéréo

À l’inverse du downmix stéréo, les amplis home-cinéma peuvent également réaliser un upmix des flux stéréo. Par exemple, la TNT diffuse le son au format Dolby Digital Plus Surround 2.0. Pour autant, il ne s’agit pas d’un son stéréo (2.0) classique. Les chaînes de télévision procèdent à un downmix des pistes originales 5.1. Ce downmix est encadré par les métadonnées contenues par la piste originale. Ainsi, une piste audio DD+ 2.0 comporte des sons enregistrés en inversion de phase et un marqueur qui active le sur-mixage par l’ampli home-cinéma vers les enceintes surround. Normalement, l’utilisateur n’a pas besoin de forcer un mode surround quelconque (Dolby Pro Logic, DTS:Neo, etc.) et le mode Dolby Surround s'enclenche automatiquement. Par conséquent, l’upmix d’un signal 2.0 en 5.1 ou 7.1 fonctionne très bien.

Le grand téléviseur LG OLED65G1 peut reproduire les pistes stéréo sur un ensemble de 4.1 canaux pour assurer une plus grande immersion.

Quelle solution pour le home-cinéma en stéréo ? 

Un système home-cinéma composé de multiples enceintes demeure la meilleure solution pour profiter des pistes multicanales. Cependant, il est parfois impossible de déployer plusieurs enceintes dans le salon. Dans ce cas, les barres de son proposent une excellente alternative pour décoder et restituer les pistes multicanales à partir d’un unique équipement. Les barres de son forment désormais de sérieux concurrents aux systèmes home-cinéma traditionnels composés de multiples enceintes. De nombreux modèles comme les Bose Soundbar 900, Sonos Arc et B&W Panorama 3 assurent la reproduction de nombreux canaux, y compris les voies verticales des pistes Dolby Atmos. Vous pouvez ainsi exploiter au mieux les pistes multicanales, sans encombrer le salon familial ou compromettre l’immersion avec un système stéréo.

La barre de son Dolby Atmos Bose Soundbar 900 propose une excellente solution pour profiter des pistes multicanales (notamment Atmos) à partir d’un unique appareil ultra mince.

Un système home-cinéma se doit d’être composé d’un minimum de cinq enceintes pour assurer une immersion au plus proche des attentes du réalisateur. Un caisson de basses constitue également un élément essentiel pour apporter de la profondeur, de la matière et renforcer le réalisme, notamment avec des enceintes bibliothèque ou satellites. Enfin, si le déploiement de multiples enceintes est impossible, une barre de son multicanale représente la meilleure alternative pour profiter d’une vraie expérience immersive.