Comprendre la différence entre puissance RMS, nominale et crête

Comprendre la différence entre puissance RMS, nominale et crête

Que ce soit en hi-fi ou en home-cinéma, la puissance est un élément déterminant dans le choix des enceintes et leur association avec un amplificateur. Cette puissance n’est cependant pas toujours exprimée de la même manière. Puissance RMS, puissance nominale, puissance crête : ces termes ne désignent pas toujours la même chose et peuvent prêter à confusion. Alors quelle est la différence entre ces trois définitions de la puissance ? Laquelle est la plus fiable pour choisir vos équipements ?

Qu’est-ce que la puissance d’un amplificateur ? 

La puissance d’un amplificateur home-cinéma ou hi-fi s’exprime en watts. Cette dernière ne représente pas la puissance délivrée en permanence par l’appareil comme cela peut être le cas d’une ampoule, mais la puissance maximale que l’amplificateur peut fournir. En effet, selon l’intensité du signal audio entrant et le gain qui lui est appliqué (position du potentiomètre de volume), la puissance délivrée est variable. Un amplificateur Hi-Fi stéréo donné pour 2×50 watts comme le Elipson Connect 250 peut donc délivrer de quelques milliwatts à 2×50 watts, en fonction du réglage du volume. Cela revient à ajouter un variateur sur une ampoule pour en modifier sa puissance, allant alors de quelques milliwatts pour une faible intensité lumineuse jusqu’à sa puissance maximale pour une pleine luminosité. 

La puissance de 2 x 60 watts sous 8 ohms de l’ampli Marantz PM7000N est fournie uniquement lorsque le volume de l’ampli est au maximum.

Qu’est-ce que la puissance admissible d’une enceinte ? 

Également exprimée en watts, la puissance admissible d’une enceinte correspond à la quantité de courant que peut accepter la bobine du haut-parleur de grave ou de médium/grave, dans la mesure où celui-ci est le plus sollicité. On admet en effet que le haut-parleur de grave reçoit près de 7 fois plus de puissance qu’un tweeter. Cette forte différence provient notamment du déficit de sensibilité de l’oreille humaine vis-à-vis des basses fréquences. Les propriétés mécaniques de la bobine, ses matériaux et ses dimensions déterminent ainsi la puissance admissible d’une enceinte. Globalement, plus la bobine du haut-parleur est grande, plus la puissance admissible de l’enceinte est importante. 

Qu’est-ce que la puissance RMS ?  

La puissance RMS est la valeur de référence dans l’univers de la hi-fi. Elle correspond à la puissance moyenne continue que peut accepter sans dommage une enceinte. Dans le cas d’un amplificateur, elle représente la puissance en continu que ce dernier peut délivrer, sans faiblir ou écrêter. À ce titre, certains fabricants comme le français Davis Acoustics attribuent à cette valeur la dénomination de puissance continue. D’autres privilégient le terme de puissance nominale. Pour une même enceinte, les valeurs de la puissance RMS, continue et nominale sont donc les mêmes. 

L’amplificateur hi-fi Yamaha A-S1200 peut délivrer une puissance RMS de 2 x 90 watts en continu de 20 Hz à 20 kHz, sans engendrer de distorsion ou d’écrêtage.

Qu’est-ce que la puissance crête ? 

Les signaux audio envoyés par un amplificateur ou réceptionnés par une enceinte sont alternatifs. Ils subissent des courbes alternatives plus ou moins importantes en passant d’une phase positive vers une phase négative et inversement de nombreuses fois par seconde. Alors que la puissance RMS représente une moyenne de ces différentes alternances, la puissance crête exprime le niveau le plus élevé. C’est ainsi tout naturellement que la tension crête est toujours plus importante, avec des écarts qui peuvent atteindre plusieurs centaines de watts à la puissance RMS. Par exemple, l’enceinte colonne Cabasse Jersey MT32 dispose d’une puissance continue de 100 watts RMS, mais peut accepter des crêtes à plus de 700 watts ! En revanche, les 100 watts peuvent être maintenus dans le temps, tandis que les 700 watts sont encaissés durant la milliseconde d’une crête, mais ne pourraient pas perdurer sereinement dans le temps. Dans le cas contraire, il y aurait un risque de surchauffe pour l’amplificateur et de déformation de la bobine mobile des haut-parleurs de l’enceinte. 

La puissance crête représente l’impulsion maximale qu’une enceinte peut recevoir ou qu’un amplificateur peut délivrer sans subir de dommages.

Puissance RMS ou crête, quelle est la plus fiable ?  

La puissance crête exprime la puissance sonore qu’une enceinte peut encaisser ou qu’un ampli peut produire au moment du pic du signal. Cette valeur est donc continuellement variable en fonction de la dynamique de la musique et ne peut constituer une donnée de référence. En effet, tout comme on n’exprime pas la puissance d’une ampoule par sa capacité à illuminer plus fortement durant les millisecondes qui suivent une surtension provoquée par un orage, on ne peut se fier aux valeurs de la puissance crête pour choisir ses équipements. Les pics sont si brefs qu’ils ne peuvent être perçus ou même restitués par l’enceinte. La valeur RMS constitue donc une donnée plus fiable pour s’assurer de la véritable puissance admissible et donc du volume sonore que pourra produire sans dommage une enceinte, ou dans le cas d’un amplificateur de la puissance moyenne continue qu’il pourra délivrer. 

Avec une puissance continue de 2 x 115 watts RMS, l’ampli Advance Paris PlayStream A7 est bien plus performant qu’un modèle de 150 watts en crête.

Quelle puissance RMS pour un amplificateur ? 

Il faut avant tout savoir qu'un amplificateur de 2×50 watts ne délivre pas en permanence cette puissance. Cette dernière est tributaire du volume d’écoute fixé par l’utilisateur, au moyen du potentiomètre de volume. De plus, un amplificateur peu puissant poussé dans ses retranchements (très fort volume) peut dysfonctionner. En effet, un amplificateur hi-fi ou home-cinéma de puissance trop faible risque d’écrêter et de produire un très fort niveau d’harmoniques, avec pour résultat un endommagement du tweeter ou une déformation de la bobine mobile du haut-parleur médium/grave. Pour cette raison, on conseille toujours de choisir un amplificateur dont la puissance RMS est idéalement deux fois plus importante que celle des enceintes. Un ampli de 2×100 watts avec une paire d’enceintes acceptant 50 watts n’est donc pas un non-sens, bien au contraire. La seule précaution est de ne jamais pousser le potentiomètre de volume au-delà de la puissance admissible de l’enceinte, soit à mi-course pour notre précédent exemple.  

Avec ses 400 watts RMS, l’ampli de puissance Elipson A2700 peut alimenter toute paire d’enceintes de 50 à 300 Watts admissibles sans sourciller.

Quelle puissance RMS pour des enceintes ? 

Nous venons de voir que la puissance des enceintes doit être choisie en concordance avec celle de l’amplificateur. En revanche, la puissance RMS donnée pour une enceinte ne représente que la quantité d’énergie maximale que le haut-parleur le plus gros (haut-parleur de grave ou haut-parleur médium/grave) peut accepter sans danger. À moins de disposer d’une très grande pièce, une enceinte pourra ainsi sonoriser efficacement l'espace bien avant d’y injecter sa pleine puissance RMS. Une enceinte énoncée à 150 watts RMS peut ainsi avoir un très bon rendu avec seulement 40% de cette puissance, soit 60 watts. 

L’enceinte Elipson Prestige Facet 34F n’a pas besoin d’atteindre ses 300 RMS pour restituer au mieux toutes vos musiques, même dans une grande pièce.

Lors du choix d’une enceinte, vous devez en plus de la puissance RMS prendre en compte sa sensibilité. Celle-ci représente le rendement de l’enceinte et détermine le niveau acoustique qu’elle peut produire en fonction de la puissance injectée. Globalement, plus la sensibilité d’une enceinte est faible, plus il faudra monter le potentiomètre de l’amplificateur pour atteindre un volume d’écoute convenable. À l’inverse, une enceinte très sensible pourra chanter correctement dès les premiers watts injectés. C’est pour cette raison que l’on conseille souvent des enceintes de forte sensibilité comme les enceintes bibliothèques et colonnes Klipsch en association à des amplis à tubes ou des amplis home-cinéma d’entrée de gamme dont la puissance est souvent modeste. Ainsi, il n’y a pas à repousser l’ampli dans ses retranchements pour profiter d’une écoute correcte, évitant ainsi tout risque d'endommagement. 

Grâce à leur forte sensibilité, les enceintes de la gamme Klipsch Reference sont idéales pour exploiter au mieux un amplificateur home-cinéma de puissance modeste.

Pour être sûr de faire le bon choix, vous pouvez également vous aider des guides “bien choisir ses enceintes” et “comprendre la puissance admissible des enceintes”. Si vous avez encore le moindre doute, vous pouvez prendre contact avec les conseillers Son-Vidéo.com qui saurons vous guider et sélectionner les meilleurs équipements pour vos besoins et exigences.